Historique

Les premiers matchs de rugby à la Roche-sur-Yon eurent lieu en 1904. Il semblerait que « la première » eut lieu début mars 1904 au Champ de Courses des Terres Noires. Les « Lions» comme on surnomma l’équipe à ses débuts rencontra ce jour là l’équipe de Niort. La Philharmonie municipale prêta même son concours à la manifestation.

Le club de rugby fut officiellement crée le 15 mars 1905, sous le nom de Football Club Yonnais. (Le rugby ou plutôt le football-rugby était à l’époque plus communément appelé football. La pratique du ballon rond le « football-association » étant elle désignée, en particulier dans la presse, sous le diminutif d’ « association »). Raoul GENDREAU un jeune industriel, son fondateur, en deviendra le premier Président et les couleurs adoptées seront le rouge et le blanc. Au cours des ans, d’autres sections rejoindront bientôt l’ovalie au sein du club comme le tennis, l’athlétisme, le basket, le football et la natation.

Le 28 octobre 1906 fut une date importante dans l’histoire du jeune club. Son nouveau terrain de jeu fut inauguré. Il a pour nom le « Terrain de l’Avenir » ou plus communément le « Terrain des Cossets » du nom de son propriétaire. Situé route des Sables dans le quartier du Petit Saint André, juste derrière le Pont Morineau, près de la voie ferrée, ce match d’inauguration opposera le S.A. Rochefort au FCY devant plus de 2000 spectateurs.

Le rugby à la Roche-sur-Yon prend de plus en plus d’importance. La garnison yonnaise du 93ème Régiment d’Infanterie, les étudiants des « Papillons » du Lycée (futur collège Herriot) et de l’Ecole Normale d’Instituteurs auront un rôle très actif dans le développement du rugby dans notre Cité. Le F.C.Yonnais dans ses statuts d’origine, reconnait comme Président d’Honneur, monsieur le Préfet de la Vendée, monsieur le Maire de La Roche-sur-Yon et monsieur le Président de la Chambre de Commerce. Pourtant devant l’indifférence et le rejet des élus municipaux, le Président fondateur démissionnera en 1908. En 1905, un élu municipal s’écriait:
« Jouer ce jeu de fou ne sera jamais accepté à La Roche-sur-Yon »…

Un journaliste écrivait en 1911 à l’adresse des élus municipaux:
« Mais si vous n’aimez pas ce jeu, je ne vois pas pourquoi vous en priveriez ceux qui chaque dimanche, (et ils sont de plus en plus nombreux), assistent aux matchs. Maintenant, ces Messieurs, au lieu de voir des hommes forts et énergiques, préfèrent peut être des rachitiques qui passeront leurs dimanches dans les estaminets de la ville et des environs. Il est vrai, que pour certaines personnes c’est un sport comme un autre »…sic…

Le rugby attire beaucoup de monde au stade des Cossets qui avec le temps est devenu le stade des …Ecossais. En 1914, le F.C. YONNAIS s’affirme comme un grand, surtout qu’un joueur titulaire de la première équipe de France qui rencontra la Nouvelle Zélande en 1906 fait maintenant partie de son effectif. On compte alors à la Roche-sur-Yon, trois équipes de rugby au FCY, une au Cheminots, deux au 93ème RI, deux aux « Papillons » du Lycée, une à l’Ecole Normale d’Instituteurs.

Le club continuera de fonctionner pendant la guerre 1914-1918 grâce aux lycéens, normaliens et militaires du centre d’instruction du 88ème régiment d’Artillerie. Vingt cinq de ses joueurs et dirigeants vont hélas décédés au cours du conflit.

L’entre deux guerres sera marqué d’une pierre blanche dans l’histoire du FCY. Tout d’abord les élus municipaux prirent la décision de doter notre cité d’un stade moderne et confortable. Le stade vélodrome, l’actuel Henri-Desgrange fut construit. Le F.C.Yonnais sera un acteur actif dans son aménagement. Le rugby, sport roi à la Roche-sur-Yon attire à chaque match une foule énorme au stade municipal. Les excellents résultats s’enchainent. La saison 1932-1933 verra le club finaliste du championnat de France « Promotion », troisième niveau de l’époque. Il perdra en finale contre Chambéry 12 à 6. En championnat de France « Honneur », deuxième niveau nationale, le FCY échouera de justesse en 1936 à une montée en Excellence (1ère division) battu par Bordeaux en match de barrage d’accession 3 à 0. Toute une ville espère que son club rejoindra bientôt l’élite du rugby français et quand en 1936, le club perdit à Tulle un match important, on put lire dans la presse régionale :
« Lundi dernier, à 10 heures 30, une foule que l’on peut évaluer à 800 personnes attendait patiemment dans la cour de la gare l’arrivée du quinze yonnais, « champion de dégustation de la friture du goujon à la corrézienne »…

Et avec d’autres amabilités du même calibre, le journaliste précise que des bagarres éclatèrent entre supporters et qu’un important service d’ordre dut intervenir et une dizaine d’interpellations effectuées…

L’occupation allemande en 1940 commença par le pillage des équipements sportifs au stade, mais le rugby yonnais continua à vivre et il reprit même ses activités dés septembre 1940. Le club est alors engagé dans un championnat de France « Excellence » (1ère division) qui est tronqué et ne veut pas dire grand chose…

Une nouvelle équipe de classe verra le jour après guerre fin des années 1940, début des années 1950. Les supporters applaudiront cette nouvelle génération opérant en championnat de France « Excellence » (3ème niveau) dont le style flamboyant enthousiasmera un stade municipal toujours copieusement garni. La deuxième partie des années cinquante fut moins glorieuse et le club plongera finalement en championnat régional au cour de la saison 1958-1959. C’est pourtant l’époque ou le club entamera une véritable politique de jeunes qui deviendra avec les ans le label du FCY. L’école de rugby moderne est fondée en 1956.

Il faudra attendre la saison 1965-1966 pour que le FCY retrouve sa place dans un championnat de France 3ème division en battant Puteaux. Le club opérera en championnat de France 3ème division jusqu’en 1985-1986 avec deux accessions en 2ème division, l’une en 1973-1974, victoire sur le Stade Français et l’autre en 1979-1980, devant AC Boulogne-Billancourt.

Miné par une terrible crise interne qui le fera vaciller, le FCY solide sur ses fondations ne fera que trembler mais sera tout de même rétrogradé sportivement en championnat régional à l’issu de la saison 1984-1985. Il lui faudra attendre le milieu des années 1990 pour qu’il reprenne sa place définitivement dans le championnat national. Première accession en 1992-1993 devant Royan, puis seconde en 1995-1996 au détriment de Rouillac. Et pourtant ces presque dix ans seront riches dans l’histoire du club. Construction par les bénévoles d’un club-house moderne et fonctionnel, création du challenge Jean Roy en 1987, école de rugby fleurissante, équipe cadette quart de finaliste du championnat de France « élite » éliminée par le Stade Toulousain en 1990-1991, groupe juniors finaliste du championnat de France « Phliponeau » à l’issue de la saison 1993-1994. La graine est semée, la récolte sera belle.

Le F.C.Y rugby, sa nouvelle désignation, mais que tout le monde continue à dénommer le F.C.YONNAIS va à partir de la saison 1996-1997 sans discontinuer, jouer les premiers rôles dans les divers championnats de France qu’il va disputer. En 1999-2000, il accédera à la Fédérale 2 en battant Cournon. Il en restera pensionnaire jusqu’en 2003-2004, participant même deux années de suite à deux tours de phases finales en 2000-2001 devant Villefranche-sur-Saône et Arras et en 2002-2003 devant Macon et Chalon-sur-Saône. Rétrogradé en Fédérale 3 à l’issue de la saison 2003-2004, le FCY accèdera à nouveau à la Fédérale 2 à l’issue de la saison 2006-2007 finissant premier de sa poule de douze.

Actuellement les « rouge et blanc » jouent chaque saison les premiers rôles dans le championnat de France Fédérale 3 en s’investissant prioritairement dans une politique de formation. Choix qui a toujours fait la richesse et l’orgueil de la plus vieille association sportive en activité de la ville de la Roche-sur-Yon.

Dans ces années d’individualisme forcené, le FCY RUGBY, grâce au dévouement de ses nombreux sociétaires, joueurs, dirigeants et nombreux bénévoles, a pu dans la nouvelle enceinte du moderne stade Henri-Desgrange organiser des matches internationaux de rugby et des finales de championnat de France ainsi que d’autres manifestations d’importances. L’esprit de nos pionniers de 1905 est toujours bien vivant au sein de notre vieux club.